Matinée d’étude Architecture de l’information 2020 : compte rendu et captations vidéo #archinforouen

Voici le compte rendu et les captations vidéo de la matinée d’étude qui s’est tenue à l’INSPE Rouen il y a quelques jours.

Le 29 janvier dernier a eu lieu à sur le campus universitaire de Mont Saint-Aignan une matinée d’étude intitulée architecture de l’information et Web sémantique, un évènement que j’organisais au nom de l’INSPE Normandie Rouen-Le Havre avec mon collègue Julien Cammas qui représente le GIDE Normandie.   En voici un bref compte rendu.
La matinée s’inscrit dans un cycle d’évènements que nous aimerions rendre annuels, autour de la notion d’architecture de l’information. Pour cette 1ère édition, la question centrale était celle de l‘articulation entre médiation technique et médiation humaine. L’entrée par le Web sémantique nous a permis de développer des échanges autour de l’évolution des métiers de l’information-documentation et autour de l’évolution du paradigme de la gestion des données.  

Ghislaine Chartron professeure des universités en Sciences de l’information et de la communication et au CNAM ( laboratoire Dicen IdF ), a, dans le cadre d’une conférence, ouvert les débats avec une communicatoin autour du contexte actuel des métiers de l’information-documentation, en insistant sur les nouveaux paradigmes qui ont reconfiguré le rapport à l’usager :
– paradigme de la participation (Web 2.0, UGC : user generated content
– paradigme de la description (Web sémantique)
– paradigme des contenus ouverts (open data, open access…)
Ces évolutions constituent forcément un enjeu non négligeable pour les organisations et leur cadres normatifs et réglementaires
Elle a ensuite évoqué la notion de médiation avec ses composantes Contenus/Usagers/Contexte et les reformulations associées. La logique de transaction directe avec l’usager et la mise en place de dispositifs socio-techniques tels les plates-formes, portails et autres interfaces numériques conduit à une relecture des « fonctions d’intermédiation » qui dès lors doivent s’attacher à agréger des contenus, personnaliser des services, designer des interfaces, instaurer une forme de confiance numérique ou encore structurer des réseaux d’usagers.
Ghislaine a par ailleurs tenu à recadrer la notion d’architecture de l’information dans ses 3 dimensions : technique, organisation des contenus et design de l’UX. Elle a notamment insisté sur le fait que la dimension technique était une forte source de l’employabilité actuelle. elle a tenu ensuite à relativiser le développement du Web des données au vu des demandes des organisations publiques et privées ( mise à part les bibliothèques ). Elle insiste par contre sur 3 registres de compétences : compétences métier, compétences génériques en informatique et compétences douces : soft skills, avant de préciser que faire de la médiation c’est garantir la qualité, la pertinence… et l’indépendance !

S’en est suivi une table ronde qui a réuni quatre intervenant.e.s autour des principes d’utilisation de données structurées.

table ronde Archinforouen 2020

Les intervenant.e.s à la table ronde Archinforouen 2020


Nicolas Delestre, Maître de conférences en informatique à l’INSA Rouen, membre du LITIS, coauteur avec Nicolas Malandain de l’ouvrage Du Web des documents au Web sémantique paru en février 2017, a ouvert cette section en revenant sur les principes de traitement intelligent appliqués par les moteurs de recherche pour non seulement trouver des pages susceptibles de répondre au besoin de l’utilisateur mais également extraire les réponses de ces pages et les synthétiser sur la page résultat. Le moteur Google procède de la sorte par l’intermédiaire de son « Rich Snippet » qui est alimenté par les métadonnées soumises par les producteur d’informations via l' »Outil de test des données structurées » mis à disposition par le géant de Mountain View. Encore fallait-il s’entendre sur un vocabulaire partagé pour les métadonnées : « Titre » en français = « Title » en anglais ou encore « Akọle » en Yoruba (selon un traducteur en ligne). Google, Microsoft, Yahoo! et Yandex s’entendent donc pour créer en 2011 schema.org, véritable nomenclature des métadonnées pour pages Web et messages électroniques. Nicolas évoque ensuite les limites de ces techniques, la plus notable étant paradoxalement le manque de précision de ces métadonnées du fait d’un schéma trop universel.

Nicolas Boileau est administrateur du portail HAL normand pour la ComUE Normandie Université. Il a d’abord présenté l’archive ouverte Hal et sa valence normande. Une archive ouverte est un gisement de ressources scientifiques généralement déposées par les auteurs eux-mêmes et accessibles librement et gratuitement. il s’agit de la voie verte d’accès à la littérature grise, Green Open Access, par opposition à la voie dorée, Gold Open Access, qui se fait par l’intermédiaire des revues payantes. HAL, Hyper articles en ligne, a été lancée en 2001 par le CNRS et est devenue archive ouverte nationale en 2013. Elle offre des points d’entrée spécifiques : HAL-SHS, HAL INSERM… et une entrée par université, HAL Normandie Université par exemple. Le dépôt dans HAL se fait par l’intermédiaire d’un formulaire qui permet à l’auteur déposant de fournir des métadonnées : ces dernières relèvent de référentiels tantôt ouverts (auteurs, structures, revues,) tantôt fermés (domaines) et tantôt encore semi-ouverts (projets ANR, projets européens). Il est intéressant de savoir que tout dépôt sur HAL est définitif et que les ressources font l’objet d’un archivage dont la pérennité est garantie pour 30 ans.

 

Tiphaine  Foucher est Cheffe de projet Format et Migration à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Ses travaux s’intéressent aux manières de rendre accessible le patrimoine écrit. Son propos a porté sur les métadonnées archivistique. Elle est d’abord revenue sur le spectre des données à la BnF : outre les données qui font partie des collections conservées, la Bnf utilise des données bibliographiques, des données d’autorité ( RAMEAU par exemple ) et des données numériques, issues de documents numérisés ou nés numériques. Toutes ces données sont ouvertes et reposent sur des modèles de description interopérables.

Gautier Poupeau est Data architect à l’INA. Ses problématiques de prédilection : Big Data, normes et technologies du Web de données/Web sémantique, moteur de recherche, gestion des données et des connaissances, conservation du document numérique, gestion de projet et AMOA (Assistance à Maîtrise d’Ouvrage ). Il est auteur du site « les petites cases ». Gautier a évoqué l’évolution de la réflexion autour de la modélisation des données culturelles et patrimoniales dans les 15 dernières années et comment nous sommes passés d’une modélisation orientée notice à une modélisation orientée entités, entre autres grâce aux apports de la réflexion autour des technologies du Web sémantique et du travail autour des modèles conceptuels comme FRBR/LRM et CIDOC-CRM. Il a évoqué les moyens de mettre en œuvre concrètement ces réflexions, ce qui lui a permis de revenir sur les promesses et les limites des technologies du Web sémantique. Il a insisté sur les perspectives ouvertes par la modélisation orientée entités pour améliorer l’expérience utilisateur et l’interopérabilité entre les organisations mais aussi pour permettre une meilleure intégration et mise en cohérence de l’ensemble des données manipulées par les organisations, en particulier les données générées automatiquement…
Nous ne pouvons pas diffuser la captation vidéo de cette intervention car nous n’avons pas obtenu d’autorisation de l’auteur.

Nous retiendrons de cette matinée d’étude la pluralité des métiers : dans l’assistance par exemple, il y avait des professeur.e.s documentalistes, des documentalistes d’entreprise, des bibliothécaires et archivistes, des chargé.es de communication, des consultant.e.s et des étudiant.e.s. La gestion des données, numérique nécessite il est vrai un ensemble d’interventions : rédaction Web, développement Web, informatique, data science, bibliothéconomie, documentation… Plusieurs fonctions peuvent être dévolues à la même personne ; c’est généralement le cas dans les petites structures. Dans les grandes structures, la coordination de telles équipes peut échoir à l’architecte de l’information.

L’ensemble des captation est disponible sur la WebTV de l’Université de Rouen Normandie.
Je tiens à remercier ici les membres du comité scientifique, l’équipe d’organisation, le service audiovisuel et le personnel de service de l’INSPE. Mention spéciale pour Alexia, Axelle, Margot et Romain, étudiant.e.s en Licence Pro Chargé de Com à l’ISD Flaubert, pour la campagne de communication autour de l’évènement !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search