Les deux topiques de l’architecture de l’information. 1 : écrire pour organiser

L’architecture de l’information est ce que j’aime à appeler une vielle notion récente. Elle est convoquée depuis la moitié du siècle dernier, pourtant, c’est un principe qui se construit petit à petit depuis les premiers systèmes d’écrit. Retour sur les deux topiques de l’architecture de l’information.La tentation est grande quand il s’agit d’architecture de l’information d’en rester à l’époque actuelle. Il est vrai que le terme a été popularisé par Peter Morville et Louis Rosenfeld dans leur ouvrage maintes fois réédité, Information Architecture for the World Wide Web (Morville & Rosenfeld, 2007). Cet ouvrage, qui reste une référence aujourd’hui, a d’emblée situé le cadre de l’architecture de l’information dans la logique du Web, ce qui relève à mon sens d’un premier raccourci. Pourtant, dès le premier chapitre, les auteurs précisent que l’activité d’organiser l’information n’est pas nouvelle. Ils évoquent par exemple la bibliothèque que fonda Assurbanipal, roi d’Assyrie de 669 av JC à 631 av, à Ninive : une bibliothèque de plus de 20 000 tablettes avec un catalogue thématique, et des listes de textes, de synonymes, de définitions… Morville et Rosenfeld évoquent également la bibliothèque d’Alexandrie (à partir de 290 av JC) dont l’ambition était de rassembler tous les livres du monde. Enfin, ils évoquent Melvil Dewey dont la classification décimale a contribué à organiser les connaissances. Morville et Rosenfeld, font toutes ces évocations sur dix lignes dans un livre qui comporte quelques … 504 pages. Il m’a semblé là qu’il manquait un chaînon : s’intéresser au passé permet toujours de mieux comprendre le présent. Dans le cadre de mes travaux de thèse, je me suis donc intéressé à ce que j’appelle la première topique de l’architecture de l’information, au travers notamment des travaux de Sylvie Fayet-Scribe et de son excellente Chronologie des supports, des dispositifs spatiaux, des outils de repérage de l’information (Fayet-Scribe, 1997) : une mine ! J’ai modestement fait des apports à cette chronologie en la transposant sur le présent carnet de recherche (voir ici et ). Cette exploration m’a permis de comprendre que l’architecture de l’information tire en fait sa source de l’écrit, qui constitue donc, à mon avis, une première étape marquante pour cette notion. Ce que j’appelle la deuxième topique de l’architecture de l’information correspond alors au design de l’information et est évoqué depuis la moitié du siècle dernier. Voyons donc d’un peu plus près la réalité que recouvrent ces topiques. Dans ce premier billet, je m’intéresse à la première topique.

Écrire pour transmettre

Les principes de mise en forme de l’information sont nés avec l’écrit dont la première fonction était d’ailleurs d’organiser l’information. J’évoque dans cette section ce que je considère comme des étapes importantes pour les principes d’architecture de l’information : la constitution des premiers systèmes d’écriture, l’avènement du codex, l’invention de l’imprimerie mécanique et enfin, l’avènement du document.Il me semble par exemple important de considérer que l’acte d’écrire lui-même a constitué une rupture, en ce sens qu’il a affranchi l’être humain de l’immédiateté et établi un autre rapport au langage et à la pensée. Avec le langage, le récepteur d’un message est en situation passive d’écoute, une situation qui comporte, pour lui, trois contraintes : il est tributaire de l’émetteur qui monopolise la maîtrise du choix du moment de communication, il est tributaire du rythme imprimé par l’émetteur, et il est tributaire de l’ordre choisi par l’émetteur pour le déroulement du message (Vandendorpe, 1999). L’écrit constitue donc en lui-même une forme d’hypertexte. Par ailleurs, qu’il soit matérialisé sur tablette en Mésopotamie, sur volumen en Égypte, ou encore sur os et écaille de tortue en Chine, la fonction première de l’écrit était souvent l’administration. Écrire était donc un instrument de pouvoir, avec un objectif principal, conserver l’information. C’est un acte fondamental qui constitue une première étape importante dans la logique d’architecture de l’information, même si ce n’est que plus tard que le lecteur commencera à être pris en compte par le producteur.

Écriture ossécaille

Carapace de tortue datant de la dynastie Shang (XVIe – XIe siècle av. J.-C.) comportant de l’écriture ossécaille, provenant d’Anyang, Musée de l’imprimerie de Chine. Wikipédia

Deux siècles avant notre ère en effet, le codex commence à se répandre, et deviendra, pour les premiers chrétiens, un vecteur aisément dissimulable des textes interdits dans la Rome antique. Il finira par remplacer le volumen quelques siècles plus tard. Le codex est formé d’un assemblage de feuillets de parchemin pliés en deux, regroupés en cahiers et reliés. Sur le plan pratique, il offre des avantages : la possibilité qu’il donne d’utiliser le recto et le verso des feuillets fait qu’il peut contenir une plus grande quantité de textes que le volumen, ce qui constitue une économie d’argent ; de par sa taille plus réduite, il est maniable d’une main, l’autre main du lecteur étant alors libérée pour des annotations éventuelles ; ce dernier n’est donc plus un récepteur passif du texte, puisqu’il peut à son tour participer au cycle de l’écriture. Sur le plan du repérage de l’information, il permet une lecture non plus obligatoirement linéaire, mais par accès direct à un chapitre ou à un passage précis ; une forme de lecture sélective, d’hypertexte avant l’heure, facilitée par la numérotation des feuillets, ce qui modifie le rapport au texte, celui-ci étant dissocié de la parole et de son rythme. Le codex a également permis de réaliser des corpus variés : ensemble des œuvres d’un auteur ou regroupement thématique d’œuvres ; c’est ainsi, qu’à la fin du IIIe siècle, Eusèbe de Césarée réalise une synopse sous la forme d’une concordance en dix tableaux des textes des quatre évangiles, textes qu’il avait divisés en courts passages numérotés (Fayet-Scribe, 1997). Le codex, grâce à sa maniabilité et à la possibilité qu’il offre de numéroter les feuillets, a facilité la prise de références et les citations, ce qui a obligé les auteurs à plus de précision dans la rédaction de leurs œuvres ; ces caractéristiques ont également simplifié l’élaboration de résumés, l’organisation des chapitres, les tables des contenus, les renvois, les index et les bibliographies. Le codex a aussi contribué à la multiplication d’outils de référence, tels les glossaires, les dictionnaires et les encyclopédies, en même temps qu’à une production croissante d’ouvrages, dont notamment des sommes de connaissances. Ainsi, si l’écrit a contribué à rompre une forme de linéarité, le codex s’est nourri de cette caractéristique pour faciliter la mise en relation d’éléments de connaissance, ce qui a pu faciliter les associations d’idées et les essais de classification de savoirs. Après l’apparition de l’écrit, le codex constitue donc une deuxième étape importante dans la logique d’architecture de l’information, tant les outils de repérage se sont multipliés à partir de son apparition. Le classement de l’information devient également une activité nécessaire.

Classer pour faciliter le repérage

Classer correspond au besoin qu’ont les êtres humains de donner un sens à leur environnement. Les classifications reflètent donc bien souvent la conception qu’ils ont de l’espace, c’est-à-dire du monde qui les entoure, et du temps (Viry, 2013). En Mésopotamie, les premiers écrits, sous forme de listes à visée de gestion administrative, étaient également accompagnés de listes lexicales : listes de noms propres ou de noms communs bien souvent classés par thèmes ou champs sémantiques, ce qui constitue déjà de véritables projets de type encyclopédique. Ainsi, au gré des siècles, les sommes de connaissances, les glossaires, les dictionnaires, les lexiques et autres encyclopédies témoignent de la volonté humaine de donner un sens à la production en facilitant le repérage de l’information. Ainsi, Assurbanipal, roi d’Assyrie de 669 av JC à 631 av JC fonde à Ninive une bibliothèque de plus de 20 000 tablettes avec un catalogue thématique, et des listes de textes, de synonymes, de définitions et d’explications… ; la collection comporte également des dictionnaires. Des résumés sont par ailleurs élaborés, notamment pour les pièces de théâtre ou les épopées historiques. En Grèce, Aristote créé le Lycée (335 av JC) qu’il dote d’une bibliothèque de type encyclopédique. La bibliothèque d’Alexandrie (290 av JC) a pour sa part l’ambition de rassembler tous les livres du monde. Le poète Callimaque de Cyrène, bibliothécaire d’Alexandrie rédige les Tables des personnalités dans chaque branche du savoir et liste de leurs écrits (270 av JC), véritable catalogue alphabétique et thématique. La gestion des collections est donc complétée par le besoin de compiler l’ensemble des connaissances humaines. Enfin, Marcus Terentius Varro (116 av JC – 27 av JC), organisateur des premières bibliothèques publiques de Rome, a pratiquement traversé tout le dernier siècle avant notre ère. Un esprit encyclopédique lui fait réaliser quelques 70 ouvrages comprenant plus de 600 livres : philosophie, littérature, archéologie, grammaire, pédagogie… Les « Antiquités », dont seuls des fragments nous sont parvenus, constituent une somme des connaissances de son époque en 25 livres dédiés aux choses humaines et 16 livres consacrés à la religion. Le classement de l’information deviendra d’autant plus fondamental que la production écrite va prendre quelques siècles plus tard une autre dimension.
Johannes Gensfleisch Gutenberg met en effet au point, au XVe siècle la presse à imprimer mécanique, avec une encre qui permet d’utiliser les 2 faces du papier (Barbier, 2013). Cette avancée va faciliter la reproduction, et la diffusion des œuvres, ce qui fera émerger des problématiques liées à l’industrie du livre : fabrication, diffusion, ainsi qu’à l’organisation de l’accès aux livres. Le livre évolue avec l’apparition ou la stabilisation, au cours du XVIe siècle, de certaines de ses caractéristiques : page de titre, table des matières, pagination. Le développement des index offre des possibilités de collecte, de traitement et de réutilisation de l’information – citation d’ouvrages par exemple -. Ainsi, Conrad Gessner publie en 1545 le 1er volume de Bibliotheca universalis sive catalogus omnium scriptorum locupletissimus in tribus linguis Latina, Graeca et Hebraica. Fruit d’un travail de trois années, cet ouvrage liste, par ordre alphabétique des prénoms comme il était d’usage de procéder à l’époque, plusieurs milliers d’auteurs dont une biographie succincte est proposée et quelques 16 000 titres d’œuvres imprimées ou manuscrites, avec les indications de date, de nom d’éditeur et de nom d’imprimeur. L’ouvrage, qui constitue la première bibliographie universelle depuis la mise au point de la presse à imprimer mécanique, met en évidence le besoin d’outils permettant de s’orienter dans le labyrinthe que constituait déjà la production livresque de l’époque. L’ouvrage de Gessner pose par ailleurs le principe de la « consultation » d’un livre, plutôt que sa « lecture » du début à la fin. Ainsi, des dispositifs techniques susceptibles de simplifier l’accès au texte dans les livres sont au moins imaginés, à défaut d’être réalisés. La Roue à livres est par exemple un dispositif décrit en 1588 par l’ingénieur militaire Agostino Ramelli, qui offre à l’utilisateur la possibilité de consulter jusqu’à douze livres à la fois, passant de l’un à l’autre en faisant tourner la roue.

La roue à livre

La roue à livres, illustration figurant dans l’ouvrage Le diverse et artificiose machine del Capitano Agostino Ramelli de Agostino Ramelli. Wikipédia

Ce type de dispositif aurait permis au lecteur de vérifier les faits énoncés par un auteur, de comparer les idées émises, de recueillir des extraits, ou encore d’annoter les textes ; c’est un support qui aurait favorisé, dans la culture humaniste, la constitution de cahiers de lieux communs (Cavallo & Chartier, 2009). Organisés par thèmes ou domaines, ces cahiers suppléent la mémoire de l’individu en lui permettant de compiler des extraits de textes qu’il a lus et qu’il juge d’intérêt. Ce sont, à l’origine, des dispositifs dédiés à l’apprentissage et à l’accompagnement de l’apprenant ; ils constituent également une aide à la production de nouveaux textes et deviennent même, au XVIe siècle, un genre à part entière, sous l’impulsion d’auteurs tels Erasme de Rotterdam avec et Les Adages. Après l’apparition de l’écrit et celle du codex, l’invention de l’imprimerie mécanique constitue donc à mes yeux la troisième étape importante dans la logique d’architecture de l’information. L’imprimerie mécanique contribue en effet à des évolutions qui aboutissent à partir du XVIIIe siècle à la modernisation des techniques de fabrication et de reproduction, ce qui, combiné à l’utilisation de matières premières nouvelles, favorisera l’essor de l’industrie papetière. Les ateliers de typographes ou d’imprimeurs-libraires ainsi que l’administration des états contribuent par ailleurs à une production de masse, voire à une surproduction en même temps que l’apport d’inventions comme la photographie ouvre de perspectives nouvelles. La fin du XIXe et le début du XXe siècle verront la constitution de systèmes documentaires tels la classification de Melvil Dewey, la classification décimale universelle d’Henri La Fontaine et Paul Otlet ou la classification à facette de Shiyali Ramamrita Ranganathan. Selon Marshall McLuhan, le support modifie l’esprit d’une communication, autrement dit, l’énoncé ne passe pas sans un support adéquat, ce qui revient à dire que la forme et le canal font sens. Tout cela a le mérite de mettre en évidence l’importance de la maîtrise des outils d’externalisation au nombre desquels se trouve le document…

Le document : écrire pour faire sens

Dans les assertions les plus courantes, le document est une « chose qui enseigne ou renseigne ; c’est un titre, une preuve ((https://www.littre.org/definition/document)) ». C’est également un « support d’informations enregistrées à titre permanent et susceptible d’être consulté, classé, et éventuellement reproduit » (Lamizet & Silem, 1997, p. 200). C’est enfin « l’ ensemble d’un support d’information quel qu’il soit, des données enregistrées sur ce support et de leur signification, servant à la consultation, l’étude, la preuve ou la trace, etc. : livre, échantillon de parfum, tissus, film, etc. Le tout constitue une unité autonome » (Boulogne, 2004, p. 80). Le document relève donc d’une intention de communiquer et est pour cela porteur de sens. L’avènement du document constitue d’ailleurs, pour moi, la quatrième étape importante dans la logique d’architecture de l’information. C’est cette étape qui jette un pont entre les deux topiques dont il est question dans ce groupe de billets.
Les changements de paradigme induits par le numérique incitent à un regard nouveau sur le document. Il peut ainsi être considéré sous trois aspects : forme, signe et médium (Pédauque, 2003). Pour les « modalités anthropologiques », en tant que forme, c’est un objet matériel ou immatériel doté d’une structure. Notons que cet objet peut subir un fractionnement. Il peut émaner de l’auteur qui organise l’information en fonction des différentes possibilités de lecture dont il souhaite doter le récepteur. Il peut émaner du lecteur qui peut récupérer des fragments du document à d’autres fins. Pour les « modalités intellectuelles », en tant que signe, il résulte d’un contexte de production et de diffusion qui va conditionner l’interprétation que va faire le lecteur de son contenu. Pour les « modalités sociales », en tant que médium, c’est la trace, construite ou retrouvée, d’une communication qui s’est affranchie de l’espace et du temps. La logique du numérique fait que les modifications que va subir un document sont nombreuses et continuelles. Elles sont le fait de l’auteur qui, usant de son droit de repentir, peut changer d’avis ou faire évoluer ses idées ; elles aussi sont le fait du lecteur qui peut annoter, commenter le document, voire le repenser.  Ces possibilités de co-écriture (par l’auteur et par le lecteur) a une résonance dès lors que l’on envisage l’architecture de l’information dans le contexte de l’étude des usages et des interactions concepteurs-utilisateurs.
Le passage de l’ère de la numérisation à celle de la numérité (Ballarini-Santonocito & Duplessis, 2007) permet par ailleurs de reconsidérer la notion de document. Un document numérisé existe à l’origine sur un support papier et a fait l’objet d’une copie (= numérisation) vers un support numérique ; pour autant, il garde bien souvent les codes du support papier. La numérité exprime le fait que les documents puissent être produits directement sous forme numérique, ce qui induit des éléments spécifiques tels :
• la granularisation, c’est-à-dire la segmentation du document en unités informationnelles logiques susceptibles d’être consultées indépendamment les unes des autres ;
• des liens hypertextes internes susceptibles de relier chaque segment à d’autres parties du document ;
• des liens hypertextes externes susceptibles de relier le document à des contenus tiers ;
• des éléments susceptibles d’aider le destinataire à repérer les contenus : liste des différents segments et métadonnées.
Une architecture de l’information bien réfléchie se doit alors de tenir compte aussi bien des informations non numérisées, que celle qui relèvent de la numérisation ou encore de la numérité.

À l’heure du numérique, l’information n’est en effet plus uniquement sous forme écrite et un même document peut reposer sur du texte, de l’image, du son… une combinatoire qui amène à reconsidérer l’architecture de l’information, en opérant une bascule de la logique des outils de repérage vers celle de design de l’information. C’est la topique 2 de l’architecture de l’information, qui fera l’objet d’un prochain billet.

Bibliographie

Ballarini-Santonocito, I., & Duplessis, P. (2007). Dictionnaire des concepts info-documentaires. Savoirs CDI. http://www.savoirscdi.cndp.fr/index.php?id=432
Boulogne, A. (2004). Vocabulaire de la documentation. ADBS.
Cavallo, G., & Chartier, R. (2009). Les modèles de lecture des temps modernes. BnF Expositions. http://expositions.bnf.fr/lecture/arret/01_6.htm
Fayet-Scribe, S. (1997, septembre). Chronologie des supports, des dispositifs spatiaux, des outils de repérage de l’information. Sylvie Fayet-Scribe. Solaris. http://gabriel.gallezot.free.fr/Solaris/d04/4fayet_0intro.html
Lamizet, B., & Silem, A. (1997). Dictionnaire encyclopédique des sciences de l’information et de la communication. Ellispes.
Morville, P., & Rosenfeld, L. (2007). Information architecture for the World Wide Web (3rd ed). O’Reilly.
Pédauque, R. T. (2003). Document : forme, signe et médium, les re-formulations du numérique. https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000511/document
Vandendorpe, C. (1999). Du papyrus à l’hypertexte. Essai sur les mutations du texte et de la lecture. La Découverte.
Viry, C.-M. (2013). Guide historique des classifications de savoirs : enseignement, encyclopédies, bibliothèques. L’Harmattan.

 



Citer ce billet
Ghislain Chasme (2021, 24 mai). Les deux topiques de l’architecture de l’information. 1 : écrire pour organiser. FormADist. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ot3t

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search